Le Château de Chambord, une oeuvre d’art exceptionnelle vieille de 500 ans !

Résultat de recherche d'images pour "La château de chambord"

Chambord est sur la première liste des Monuments historiques en France en 1840, il est classé au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1981.

Chambord est entouré d’un vaste parc forestier, protégé par une enceinte de 32 kilomètres de long, qui en fait le plus grand parc clos de murs d’Europe avec 5440 hectares. Chambord est une œuvre radicalement unique, l’un des joyaux du patrimoine de l’humanité. Sa vocation est symbolique, esthétique et spirituelle. Affirmation du pouvoir royal mais aussi évocation d’une cité idéale, le monument demeure une énigme qui n’a pas fini de révéler tous ses secrets. Chambord est un monument de beauté et d’intelligence, pensé par François 1et et Léonard de Vinci. C’est l’expression même de la Renaissance et son symbole à travers le monde. Chambord est sans doute à l’architecture ce que la Joconde est à la peinture. Non seulement parce que Chambord est l’édifice civil le plus important de cette époque mais parce que sa conception comme sa symbolique expriment l’idée du renouveau perpétuel, du cycle de la vie, de la place de l’homme dans le cosmos et d’une forme d’éternité.

Résultat de recherche d'images pour "françois 1er"
François 1er

1519. Un palais surgit au cœur des terres marécageuses de Sologne. François 1er, tout jeune roi, en ordonne la construction.

C’est une oeuvre architecturale monumentale que le roi se plaît à montrer aux souverains et ambassadeurs comme un symbole de son pouvoir, inscrit dans la pierre. Le plan du château et ses décors ont été conçus autour d’un axe central : le fameux escalier à double révolution, inspiré par Léonard de Vinci, spirale ascendante qui mène à partir des terrasses au foisonnement des cheminées et chapiteaux sculptés. ▼

Résultat de recherche d'images pour "escalier à vis chambord"
Escalier à vis – château de Chambord
Résultat de recherche d'images pour "léonard de vinci"
Léonard de Vinci

Doit-on le conception du château de Chambord, à Léonard de Vinci ? À la suite de la bataille de Marignan, François 1er découvre les merveilles de l’architecture italienne et le travail de Léonard de Vinci. Lors de son retour en France en 1516, François 1er invite le maître italien à séjourner à la cour de France en tant que «premier peintre, architecte et ingénieur du roi». Son influence dans la conception du projet de construction du château se retrouve dans la comparaison entre des partis architecturaux adoptés (le plan centré du donjon, le présence d’un escalier à vis, d’un système de latrines à double fosse et conduit d’aération ou encore le système d’étanchéité des terrasses…) et les croquis qu’il a réalisés dans ses carnets. Aucun autre architecte ou ingénieur n’a en effet laissé la trace de tels principes. On peut ainsi penser que Chambord fut la première et la dernière création architecturale du maître, mort au château du Clos Lucé à Amboise en 1519, quelques mois avant que ne débutent effectivement les travaux de construction de Chambord.

Il faut attendre le règne le Louis XIV pour que l’édifice soit achevé. C’est également à cette époque que les abords du château sont aménagés. Des écuries sont construites à l’extérieur du château et la rivière du Cosson, qui traverse le parc, est en partie canalisée pour assainir le site. Le Roi Soleil réside à plusieurs reprises dans le monument en compagnie de sa cour. Ces séjours sont l’occasion de grandes parties de chasse et de divertissements. Ainsi, Molière présente pour la première fois à Chambord la plus célèbre des comédies, le Bourgeois gentilhomme, le 14 octobre 1670, en présence de Louis XIV et de Lully.

Au XVIIIe siècle, des travaux sont entrepris afin d’aménager l’intérieur du château. Louis XV en dispose pour loger successivement son beau-père Stanislas Leszczynski, roi de Pologne exilé entre 1725 et 1733, puis le maréchal de Saxe, en récompense de sa victoire militaire de Fontenoy (1745). La nécessité d’apporter chaleur et confort à l’édifice pousse les différents occupants à meubler de façon permanente le château et à faire aménager dans les appartements boiseries, parquets, faux-plafonds et petits cabinets. Durant la Révolution, le château est pillé, le mobilier est vendu mais le monument échappe à la destruction.

Chambord connaît une période d’abandon avant que Napoléon n’en fasse don en 1809 au maréchal Berthier en remerciement de ses services. Ce dernier n’y fait qu’un court séjour et sa veuve demande rapidement l’autorisation de vendre cette grande demeure en mauvais état. L’ensemble du domaine de Chambord est ensuite offert en 1821 pour une souscription nationale au duc de Bordeaux, petit fils du roi Charles X. Les événements politiques qui le conduisent à l’exil ne lui permettent pas d’habiter son château. Il ne le découvre qu’en 1871 à l’occasion d’un court séjour pendant lequel il rédige son célèbre «Manifeste du drapeau blanc» qui l’amène à refuser le drapeau tricolore, et par là-même le trône. À distance pourtant, le comte de Chambord est attentif à l’entretien du château et de son parc. Il fait administrer le domaine par un régisseur, entreprend de grandes campagnes de restaurations et ouvre officiellement le château au public. Après sa mort, en 1883, le domaine passe par héritage aux princes de Bourbon Parme, ses neveux.

Le château et le parc sont propriété de l’État depuis 1930. Durant la Seconde guerre mondiale, les collections des grands musées parisiens sont évacuées afin d’être mises à l’abri des risques d’extraction et de bombardements sur la capitale. Ainsi, la Joconde de Léonard de Vinci, La Vénus de Milo, La Victoire de Samothrace, les peintures de Raphaël du Louvre, les tapis de la Savonnerie du château de Versailles…sont conduits vers un centre de dépôt et de triage unique, Chambord.

Dès 1938, le recensement des lieux pouvant abriter les collections nationales en cas de menace avait imposé Chambord comme un dépôt et lieu de transit idéal, situé en pleine forêt, éloigné de tout terrain militaire et de tout centre urbain, aux dimensions imposantes et aux pièces de plus de 100 mètres carrés. Craignant les bombardements et les pillages allemands, les principaux musées de Paris organisèrent un plan d’évacuation et de sauvetage ainsi, le 28 août 1939, le plus grand déménagement de tableaux de l’histoire s’achemine vers Chambord. Grâce à des conservateurs et des fonctionnaires du patrimoine zélés, les trésors nationaux traversèrent la guerre sans encombre, transformant Chambord en un musée imaginaire.

Résultat de recherche d'images pour "intérieur du château de chambord"
Chambre de Louis XIV

Visiter Chambord, c’est accéder à un monde à part, qui ouvre les portes du génie. Ce château suscite toujours admiration et fascination, il est le plus mystérieux des palais royaux, jouant de la fausse symétrie et de plusieurs inconnues.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s